Aller au contenu

F. S. Fitzgerald, Tender Is the Night
L’œuvre singulière

Hélène AJI et Agnès DERAIL (éd.)
Prix promo 10,00 € Prix normal 10,00 €
Disponibilité : Disponible Hors stock

Acheter le livre numérique sur le site de l’un de nos partenaires :

  • Format : 15 x 21 cm
  • Nb pages : 124
  • Parution : avril 2023
  • ISBN 978-2-7288-0837-3

Communiqué de presse

Accéder au PDF

Agrégation d'anglais 2024

【Version papier disponible en impression à la demande
sur ce site, au prix indiqué.】

 

Actes de la recherche à l'ENS-PSL n° 35

Résumé

À un moment de l’histoire encore hanté par la Grande Guerre et déjà lassé des fêtes du Jazz Age, Tender Is the Night se construit comme la chronique désaxée d’une perte des certitudes et des repères : consumérisme et prédation informent les relations humaines et forcent à l’isolement ceux qui ne s’y conforment pas ; transgression et silence étouffent les êtres indifféremment, quel que soit leur rôle dans une tragédie dérisoire ; malgré les liaisons, les liens ne se tissent pas et rien ne permet aux groupes qui semblent se composer de faire communauté.
Le mode narratif adopté par Fitzgerald propose une modélisation de ce constat social et culturel qui entame la possibilité de faire œuvre. Exceptionnel par son ampleur et sa noirceur, le texte donnerait à lire les manifestations d’une défaisance dont la violence met en question l’intégrité de la narration en même temps qu’elle condamne les individus à la singularité.


Les auteurs

Professeure de littérature américaine à l’ENS-PSL et membre de l’UAR « République des Savoirs », Hélène AJI est vice-présidente de l’Institut des Amériques. Elle a été professeure invitée à l’Université du Texas (Austin) en 2017 et, de manière récurrente, à l’Université nationale et kapodistrienne d’Athènes. Elle est l’auteure d’articles
sur la poésie américaine moderniste et contemporaine, ainsi que de trois ouvrages : Ezra Pound et William Carlos Williams. Pour une poétique américaine (L’Harmattan, 2001), William Carlos Williams. Un plan d’action (Belin, 2004) et Ford Madox Ford’s The Good Soldier (Armand Colin, 2005). Elle codirige la collection « Seminal Modernisms » (Clemson University Press).

Marie-Christine AGOSTO est professeure émérite à l’Université de
Bretagne-Occidentale, où elle a enseigné la littérature et les arts visuels des
États-Unis. Elle est rattachée au laboratoire pluridisciplinaire HCTI. Elle est
l’auteure de traductions, publiées chez Christian Bourgois, et de monographies sur Richard Brautigan (Belin, 1999), Gilbert Sorrentino (PUR, 2007), Ernest Hemingway (Atlande, 2011). Ses recherches et ses articles publiés couvrent divers champs de la production littéraire étasunienne du XIXe au XXIe siècle, depuis le transcendantalisme jusqu’au postmodernisme, en passant par le premier xxe siècle. Elle a récemment publié un ouvrage sur Tender Is the Night de F. S. Fitzgerald aux éditions
Atlande (2022).

Pascale ANTOLIN est professeure de littérature américaine à l’Université Bordeaux Montaigne et directrice du laboratoire CLIMAS (4196). Spécialiste du modernisme et du naturalisme américains, elle a publié deux ouvrages, L’Objet et ses doubles. Une relecture de Fitzgerald (PUB, 2000) et Nathanael West. Poétique de l’ecchymose (Belin, 2002), ainsi que de nombreux articles sur F. Scott Fitzgerald, Nathanael West, Frank Norris et Stephen Crane. Depuis une dizaine d’années, ses recherches portent sur l’écriture de la maladie (autobiographie et fiction) et elle a publié nombre d’articles sur ce thème dans des revues françaises ou internationales, ainsi qu’un ouvrage en codirection, Dire les maux, un numéro spécial de la RFEAÉcritures du morbide, un autre de EJASThe American Neuronovel (2009-2021).

Maître de conférences à l’ENS-PSL et membre de l’unité de recherche VALE à Sorbonne Université, Agnès DERAIL a publié plusieurs études sur la littérature américaine du long XIXe siècle. Auteur de Moby Dick. Allures du corps (Rue d’Ulm, 2000), elle a codirigé l’édition des Derniers poèmes de Melville (Rue d’Ulm, 2010) ainsi que l’anthologie Puritains d’Amérique, prestige et déclin d’une théocratie
(Rue d’Ulm, 2016). Elle a coédité Whitman, feuille à feuille (Rue d’Ulm, 2019),
The Confidence-Man ou les fictions de la confiance
(Paris Ouest, 2020), Ashbery hors cadre (Rue d’Ulm, 2021) et Emily Dickinson : l’évidence obscure (Rue d’Ulm, 2022).

Monica MANOLESCU est professeure de littérature et d’art américains à l’Université de Strasbourg et membre junior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur la fiction expérimentale contemporaine aux États- Unis, la fiction moderniste et l’art américain. Elle est corédactrice en chef de la revue Transatlantica et directrice de l’unité de recherche SEARCH. Elle a publié deux ouvrages sur Vladimir Nabokov (Lolita. Nabokov/Kubrick. Cartographies de l’obsession, avec Anne-Marie Paquet-Deyris, PUF/CNED, 2009 ; Jeux de mondes. L’ailleurs chez Vladimir Nabokov, PUB, 2010). Son ouvrage le plus récent porte sur les représentations et les pratiques cartographiques des artistes américains de l’après-guerre : Cartographies of New York and Other Postwar American Cities. Art, Literature and Urban Spaces (Palgrave Macmillan, 2018).

Clément OUDART est maître de conférences en littérature américaine à la faculté des Lettres de Sorbonne Université, où il mène des recherches dans le champ de la poésie américaine du XXe siècle. Il est l’auteur des Métamorphoses du modernisme de H.D. à Robert Duncan : vers une poétique de la relation (Presses Sorbonne Nouvelle, 2010) et, avec Nicholas Manning, de Signs of Eternity. H.D. ’s Trilogy (Fahrenheit, 2013). Il a codirigé deux volumes sur H. D. (avec Hélène Aji, Antoine Cazé et Agnès Derail) et édité plusieurs numéros de revue, notamment « Modernist Revolutions. American Poetry and the Paradigm of the New » (Transatlantica, 2016) et, avec Xavier Kalck, « Critical Dimensions. Sizing the American Long Poem » (RFEA, 2016). Il a également coédité un numéro de la revue Sillages critiques intitulé « Robert Duncan’s Legacies at the Century » (2020), avec Stephen Collis, Xavier Kalck et James Maynard.

Frédérique SPILL est professeure de littérature américaine à l’Université de Picardie Jules Verne, où elle dirige également l’unité de recherche UPJV 4295 CORPUS. Elle est l’auteure de L’Idiotie dans l’œuvre de William Faulkner (PSN, 2009 ; trad. angl. UP of Mississippi, 2023, à paraître). Elle a notamment coédité The Wagon Moves. New Essays on As I Lay Dying (2018), ainsi qu’un numéro spécial du Faulkner Journal (printemps 2018). Elle est également l’auteure d’articles en français et en anglais sur Flannery O’Connor, Cormac McCarthy, Robert Penn Warren, Jonathan Safran Foer, Nicole Krauss, Willa Cather, Russell Banks, Toni Morrison, Elizabeth Spencer et Ron Rash. The Radiance of Small Things in Ron Rash’s Writing est paru chez South Carolina Press en 2019. Elle a dirigé un numéro spécial des Cahiers de la nouvelle (JSSE #74) consacré aux nouvelles de Ron Rash (2021).

Benoît TADIÉ est professeur de littérature américaine à l’Université Paris Nanterre et président de la Société d’études modernistes. Ses recherches portent sur le modernisme anglophone et le roman noir américain. Il est l’auteur de L’Expérience moderniste anglo-américaine 1908-1922. Formes, idéologies, combats (Didier, 1999) ; Le Polar américain, la modernité et le mal (PUF, 2006) et Front criminel : une histoire du polar américain de 1919 à nos jours (PUF, 2018). Il a traduit en français Dubliners de James Joyce et The Waste Land de T.S. Eliot et édité plusieurs volumes de romans noirs américains pour les éditions Gallimard (coll. « Quarto » et 
« Série noire »).


Sommaire

Avant-propos. « Half-Finished Stories », par Hélène AJI et Agnès DERAIL

L’art du mirage : métaphore et simile dans Tender Is the Night,
par Marie-Christine AGOSTO

Figurative language in F. S. Fitzgerald’s Tender Is the Night, par Pascale ANTOLIN

The Art of Transition in Tender Is the Night, par Monica MANOLESCU

Les dislocations dans Tender Is the Night de F. S. Fitzgerald,
par Clément OUDART

De l’amour et des corps dans Tender Is the Night de F. S. Fitzgerald,
par Frédérique SPILL

Echoes of (the) Jazz (Age): Music, Race and Desire in F. S. Fitzgerald’s Tender Is the Night and Claude McKay’s Banjo, par Benoît TADIÉ

Bibliographie

En bref