Aller au contenu

De la précarité à l’autoexclusion

Jean FURTOS
Prix promo 9,00 € Prix normal 9,00 €
Disponibilité : Disponible Hors stock

Acheter le livre numérique sur le site de l’un de nos partenaires :

  • Format : 11 x 15 cm
  • Nb pages : 92
  • Parution : 3 février 2023
  • ISBN 978-2-7288-0800-7

Communiqué de presse

Accéder au PDF

Collection « La rue ? Parlons-en ! »

Résumé

Tout sujet humain plongé dans un environnement excluant est susceptible, pour se protéger de cette souffrance, de développer un syndrome d’autoexclusion : une sorte de grève de la subjectivité avec soi-même et avec autrui, qui arrête le mouvement du temps dans une forme de disparition du sujet.

Le conflit entre les droits de l’homme et les flux abstraits d’argent, de marchandises et d’individus, en attente d’une régulation nouvelle des grands groupes humains, est affirmé comme le déterminant majeur de l’autoexclusion, qui touche non seulement les plus démunis, mais aussi ceux qui semblent avoir « tout pour être heureux » : en effet, la précarité ici définie se différencie radicalement de la pauvreté, qu’elle peut à l’évidence accompagner et produire. La précarité, dans sa forme actuelle, est la misère des pays riches, exportable dans le monde entier.

Préface et postface inédites de l’auteur

Nouvelle édition revue et augmentée

L'auteur

Jean FURTOS est psychiatre des Hôpitaux honoraire, ancien chef de service en psychiatrie au Centre hospitalier Le Vinatier de Lyon-Bron et membre permanent de l’Association mondiale de psychiatrie sociale (WASP). Il exerce actuellement à l’hôpital de jour de la clinique La Chavannerie (69630 Chaponost – groupe ORPEA).

D’orientation psychanalytique, il a cultivé les marges, celles des thérapies corporelles qui déferlaient en France dans les années 1970, puis celles du travail avec les « politiques », juristes ou sociologues. Et celles, surtout, des troubles qui, pour une bonne part, relèvent de marges sociales et remettent en cause la définition de la maladie mentale. Inventif et engagé, il a mis en place de véritables réseaux de soins pour une « clinique psychosociale ».

Intéressé par le lien entre les pratiques émergentes, convaincu de la nécessité de fédérer des courants et de développer la recherche sur ces sujets, il a fondé l’Observatoire national Santé mentale & Précarité (Orspere-Samdarra) ainsi que la revue Rhizome (http://www.orspere.fr/). Parmi ses très nombreuses publications, on citera notamment Les Cliniques de la précarité (Masson, 2008) et Pandémie et biopouvoir (Rue d’Ulm, 2021).

Sommaire

Préface

Conférence

Les mots

Les effets de la précarité

L'autoexclusion

Mais quelle est la conduite à tenir ?

Pour conclure

Débat

Postface

 

Découvrir la conférence associée sur « Savoirs en multimédia »

((( ))) Conférence-débat de l’Association Emmaüs et de l’Ens