Aller au contenu

Comédie et philosophie

Socrate et les « Présocratiques » dans les Nuées d'Aristophane

André LAKS
et Rosella SAETTA COTTONE (dir.)
Prix promo 0,00 € Prix normal 20,00 €
Disponibilité : Disponible Hors stock

Acheter le livre numérique sur le site de l’un de nos partenaires :

  • Format : 16 x 24 cm
  • Nb pages : 260
  • Parution : 2013
  • ISBN 978-2-7288-0495-5

Collection « Études de littérature ancienne » n° 21



Résumé

Les Nuées, qu’Aristophane même considérait comme la plus « savante » ou « habile » de ses œuvres, inaugurent avec éclat la longue histoire des rapports de l’intellectuel avec le monde. Le chemin qui conduit à l’abolition des dettes contractées par un fils dispendieux passe-t-il par celui des connaissances ? Le père endetté, qui répond au nom transparent de Strepsiade – M. Retourneur –, tente sa chance. En vain : c’est un lourdaud. Lui-même emberlificoté par un fils qui excipe de la leçon des philosophes pour le frapper, il se retournera finalement contre le « Pensoir », l’école philosophique dont Socrate est ici le représentant attitré. La pièce d’Aristophane, avec la virulence propre à la comédie et les ressources propres au théâtre, parle de la relation entre la théorie et la pratique, mais aussi de celle entre les Nuées, divinités aussi suprêmes que complexes, et les simplets que nous sommes tous ; elle parle de la langue et des théories philosophiques, dont elle construit l’unité sous-jacente et dénonce la complicité profonde, par-delà leur confrontation de surface. En fin de compte, la comédie se révèle école de pensée. Platon saura s’en souvenir.

Préface de Monique Trédé


On en parle

Evphrosyne – Revista de filologia clássica volume LXIV - 2016

Revue de philologie volume LXXXIX, 2 - 2015

Sehepunkte - juin 2014

Capital Journal Online - mai 2014

Revue des Études anciennes tome 115 - 2013


Les auteurs

Gábor BETEGH est professeur de philosophie à la Central European University de Budapest.
Emiliano BUIS est professeur à la faculté de philosophie et lettres (département de langues et littératures classiques) et à la faculté de droit de l’université de Buenos Aires. Il est chercheur au Consejo nacional de investigaciones científicas y técnicas (CONICET).
Silvia FAZZO est professeur de grec au lycée classique Cesare Beccaria de Milan, chargée d’enseignement au département de lettres et philosophie de l’université de Trente (Italie).
Myrto GONDICAS, ancienne élève de l’ENS, est traductrice de grec (ancien et moderne), principalement pour le théâtre ; elle participe à l’édition des ouvrages posthumes de Cornelius Castoriadis.
Leopoldo IRIBARREN est chercheur associé au Centre Léon Robin (UMR 8061), post-doc du Labex Resmed et de la MSH (Religions et sociétés dans le monde méditerranéen).
Pierre JUDET DE LA COMBE est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS (Centre Georg-Simmel UMR 8131).
André LAKS est professeur à l’université Paris-Sorbonne (émérite) et à l’Universidad Panamericana de Mexico.
Alexander P. D. MOURELATOS est professeur émérite de philosophie à l’University of Texas d’Austin.
Jean-Claude PICOT est chercheur indépendant, auteur de plusieurs essais sur Empédocle parus dans des revues spécialisées. Il est le créateur et le responsable du site internet consacré aux études empédocléennes : empedoclesacragas
Rossella SAETTA COTTONE est chercheuse au CNRS (Paris Sorbonne-ENS), Centre Léon Robin (UMR 8061).
Fernando SANTORO est professeur de philosophie à l’Universidade Federal de Rio de Janeiro ; chercheur soutenu par le CAPES, fondation du ministère de l'Éducation du gouvernement brésilien.
Massimo STELLA est docteur de recherche en philologie classique (université de Pavie-Padoue) et collabore en qualité de co-ordinateur avec le CRIMTA (Centre de recherche interdépartemental multimédia sur le théâtre ancien de l’université de Pavie).


Sommaire

Préface, par Monique TRÉDÉ-BOULMER
Avant-propos, par André LAKS et Rossella SAETTA COTTONE

Dans le texte
Traduire les Nuées : un essai (v. 110-517), par Myrto GONDICAS

Dans les airs
Xénophane et son « astro-néphologie » dans les Nuées, par Alexander P. D. MOURELATOS
Aristophane et le théâtre du soleil. Le dieu d’Empédocle dans le choeur des Nuées, par Rossella SAETTA COTTONE
Socrate et Archélaos dans les Nuées. Philosophie naturelle et éthique, par Gábor BETEGH
Le cresson de « Socrate » dans les Nuées. Note en marge d’une relecture de Diogène d’Apollonie, par Silvia FAZZO
L’image du πνιγεύς dans les Nuées. Un Empédocle au charbon,par Jean-Claude PICOT

Sur terre
Sophistique contre cosmologie. À propos d’une allusion à Parménide dans les Nuées, par Leopoldo IRIBARREN
Échos sophistiques d’une rhétorique du droit dans le langage de Phidippide, par Emiliano BUIS
Théâtre et connaissance. La tension entre philosophie et réalité selon les Nuées, par Pierre JUDET DE LA COMBE

Par la suite
La citation des Nuées dans l’Apologie de Socrate de Platon, par Fernando SANTORO
The Plaything of Things ou les Nuées selon Leo Strauss, par Massimo STELLA

En guise de conclusion
Encore une histoire primordiale de la théorie, par André LAKS

Bibliographie
Index des œuvres et passages cités
Index des noms propres et des notions